Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/05/2008

Penser l'amour avec Aude Lancelin et Marie Lemonnier

1b6454ed9675c73928e3e554eb6b26f9.jpg

C’est en se rendant compte du peu de recherches consacrées aux théories de l’amour en philosophie que Marie Lemonnier et Aude Lancelin, journalistes au “Nouvel Observateur”, se sont intéressées à ce sujet.

 Dans une langue précise mais accessible, les auteures de “Les philosophes et l’amour” mettent au jour les pensées des grands philosophes tout en livrant certains aspects de leur vie sentimentale. Cet éclairage nous permet de découvrir des facettes méconnues de ces grands hommes et les rend plus proches, plus humains à nos yeux – ou pas… car ils adoptent presque tous un comportement très prudent vis-à-vis des femmes et de l’amour.

Si Socrate déclarait ne rien savoir “sauf sur les sujets qui relèvent d’Eros”, il n’en était pas de même pour Kant ou Schopenhauer. De Lucrèce à Sartre en passant par Kierkegaard et Hannah Arendt, Aude Lancelin et Marie Lemonnier nous ont expliqué le rapport des philosophes à l’amour.

 

Aude Lancelin, dans l’introduction, vous écrivez “La philosophie de l’amour est un territoire à investir et à découvrir urgemment”. Qu’est-ce qu’il y a de si essentiel à transmettre?

 Aujourd’hui, l’amour est omniprésent, la sexualité surtout. Pourtant, la peinture qui en est faite dans les romans traite de la pornographie et de l’échec, c’est une vision dégradante qui nous donne le sentiment que l’amour est une valeur à défendre, en tout cas à repenser. C’est très important parce qu’avec le nihilisme et l’avilissement des corps, l’amour a trouvé son arme de destruction.

 Pourquoi avez-vous choisi de rendre votre livre accessible et non pas destiné à un public d’initiés ?

On l’a aussi voulu comme une forme d’initiation à la philosophie. La question de l’amour peut être une main tendue. Par cette question, il me semble qu’on peut arriver à expliquer des concepts de manière simple. En suivant le fil de l’amour, on a un éclairage humain et clair sur des choses humaines et essentielles.

Marie Lemonnier, pourquoi avez-vous choisi de mettre en parallèle les théories des philosophes avec leur propre vie amoureuse ?

 Souvent, leurs œuvres sont déclenchées par des éléments de leurs vies privés. Par exemple, à la suite d’une rupture avec sa jeune fiancée, Kierkegaard va produire la plus grande œuvre qui soit sur le sujet, “Le journal d’un séducteur”. Parfois, il est amusant de constater des divergences entre ce qu’ils théorisent et ce qu’ils pratiquent… Un Nietzsche assez critique sur le mariage moderne a eu envie, à un moment de sa vie, de s’engager dans "le petit mensonge endimanché”. Il cherchait une femme désespérément, adepte du speed dating avant l’heure, quelques heures avec une demoiselle lui suffisant pour la demander en mariage. Ces histoires ne sont pas là pour dégrader l’image de ces grands hommes, bien au contraire.

A. L., est-ce qu’ils étaient parfois en conflit entre leur qualité d’homme destiné à aimer et de génie voué à produire une œuvre magistrale ?

Les philosophes ne sont pas des hommes comme les autres. Ces génies consacrent leur vie à leurs œuvres, l’amour est à leurs yeux la chose la plus irrationnelle qui soit.

M. L., quel est leur rapport à la sexualité ?

 Il y a de grands opposés. Montaigne et Nietzsche font une vraie défense du charnel alors que Kant pense qu’on est rabaissé au niveau de la bête. Chez Montaigne, la sexualité c’est presque le plus important de l’amour, pour Nietzsche, tout grand amour prend d’abord racine dans le sensuel.

Aude Lancelin ?

On veut nous faire croire aujourd’hui que faire l’amour est une hygiène de vie alors que c’est faux, ce n’est pas comme boire un verre d’eau. Sartre, malgré ses multiples aventures, expliquait très bien que faire l’amour engage toute une personne.

Les commentaires sont fermés.